En vrac

Les huit incivilités…

By  | 

AUTOMOBILE  A l’occasion de la semaine de la courtoisie sur la route voici l’inventaire des mauvais comportements au volant…

Les huit incivilités les plus fréquentes sur la route.

Haro sur les chauffards. Cette semaine, jusqu’à dimanche a lieu la 16e semaine de la courtoisie sur la route, l’occasion pour 20 minutes de lister les incivilités les plus fréquentes au volant.

1 L’usage du téléphone au volant

C’est la deuxième cause d’accident mortel sur les routes et la troisième sur autoroute, et pourtant d’après le baromètre européen de la conduite responsable 2015 Ipsos/Vinci autoroutes, la moitié des automobilistes reconnaissent téléphoner avec un kit main libre. «Ils sont devenus esclaves de leur portable alors qu’il y a en réalité très peu des cas où l’on a besoin d’être joint ou d‘appeler quelqu’un en urgence», souligne Christine Fournié, auteur de l’ouvrage Les petites incivilités quotidiennes sur la route*. Par ailleurs, une autre dérive inquiète: celles des selfies sur la route, qui causent de plus en plus d’accidents. «C’est un effet de mode et un besoin de se mettre en scène sur les réseaux sociaux qui poussent à ces comportements à la fois affligeants et dangereux», décrypte Christine Fournié.

2 Les débordements colériques

Les conducteurs Français ont le sang chaud. La preuve: selon le baromètre européen de la conduite responsable Ipsos/Vinci autoroutes publié en 2015, 66% des automobilistes avouent recourir aux injures lorsqu’un autre conducteur les irrite sur la route,  12% d’entre eux avouent même sortir de leur véhicule pour s’expliquer avec lui et 49% klaxonner de manière intempestive. «Ils ne supportent pas le moindre écart de conduite des autres et sont capables d’en venir très rapidement aux mains pour des broutilles», souligne Christine Fournié.

3 L’obsession de doubler

Certains automobilistes ne supportent pas de suivre un véhicule. «Parfois, je roule à 130 sur l’autoroute et un véhicule me fait un jeu de phares pour me signaler qu’il souhaite me dépasser», témoigne Christine Fournié. Une manie de vouloir être le premier qui pousse parfois les autres à la faute.

4 L’oubli du clignotant

«Huit conducteurs sur 10 avouent ne pas utiliser son clignotant pour signaler un changement de file, un virage, ou le départ d’un stationnement, Sans doute, par fainéantise», constate Christine Fournié. Un comportement dangereux qui pénalise tant les autres automobilistes, que les cyclistes ou les piétons.

5 Circuler sur la voie du milieu sur l’autoroute alors que celle de droite est libre

Une mauvaise habitude propre à 51% des Français. «Même s’il y a trois voies, on dirait au final qu’il y en a deux. Difficile de savoir pourquoi les automobilistes ne veulent emprunter celle de droite: peut être souffrent-ils du syndrome du dernier de la classe et ne veulent-ils pas rouler dans la file des plus lents?», ironise Christine Fournié.

6 Le non-respect des distances de sécurité

C’est devenu un sport national car selon le baromètre européen de la conduite responsable, 77% des Français avouent cette mauvaise habitude. Si c’est parfois une erreur inconsciente, 33% des automobilistes avouent coller parfois délibérément un autre véhicule lorsque son conducteur les énerve…

7 L’habitude de griller le stop

Un comportement observé régulièrement lorsqu’on quitte les grandes agglomérations. «Il témoigne encore et toujours de la volonté de gagner du temps. Les gens ne savent plus freiner, alors qu’ils ne gagneront au final que quelques secondes et  qu’ils risquent surtout de mettre leur vie et celle des autres en danger», insiste Christine Fournié.

8 Le non-respect des passages piétons

Leur défi: passer au feu orange, mais ils sont parfois obligés de piler au dernier moment quitte à empiéter sur le passage clouté. «C’est toujours l’expression de ce besoin d’aller le plus vite possible, de ne focaliser que sur l’arrivée, en oubliant que la route appartient à tous ses usagers», note Christine Fournié.

Conduire

Sources :  www.20minutes.fr

 

Répondre

Your email address will not be published. Required fields are marked *