Actualités

La toile la plus chère…

By  | 

Un Picasso devient la toile la plus chère du monde

“Les Femmes d’Alger” (version O), peinte en 1955 par le maître espagnol, a été vendue aux enchères 179,36 millions de dollars chez Christie’s à New York.

C’est désormais LA toile la plus chère au monde : lundi, chez Christie’s à New York, un Picasso a été vendu aux enchères 179,36 millions de dollars. Les Femmes d’Alger (version O), toile peinte en 1955 par le maître espagnol Pablo Picasso, avait été estimée 140 millions de dollars ; disputée par quatre à cinq acheteurs potentiels, elle a sans difficulté battu le record détenu par le triptyque de Francis Bacon, Trois études de Lucian Freud, adjugé 142,4 millions de dollars chez Christie’s New York en 2013.

Les enchères, menées par Jussi Pylkkanen, président international de Christie’s, avaient commencé à 100 millions de dollars. Elles ont duré 11 minutes et demie, se terminant sous des applaudissements nourris. Réalisée par Picasso en hommage à Henri Matisse décédé en novembre 1954, Les Femmes d’Alger (version O) avait été vendue chez Christie’s en 1997 pour 32 millions de dollars. Selon la maison d’enchères, c’était l’un des derniers grands Picasso dans une collection privée.

L’ensemble de la soirée a été exceptionnel. Les enchères de 35 oeuvres ont rapporté 705,85 millions de dollars et la vente a établi dix records mondiaux. Ainsi une statue, L’Homme au doigt, du Suisse Alberto Giacometti a également été adjugée 141,28 millions de dollars, record mondial pour une statue. Ce bronze longiligne de 1,77 m, dont il n’existe que six moulages au monde était estimé à 130 millions de dollars. Il a battu le record détenu par un autre Giacometti, L’Homme qui marche I, qui avait été adjugé 65 millions de livres (103,93 millions de dollars) en 2010 chez Sotheby’s à Londres.

Les enchères, intitulées “Explorer l’avenir à travers le passé”, ont vu aussi un record mondial pour le Français Jean Dubuffet, dont la toile Paris Polka a été adjugée 24,80 millions de dollars, trois fois plus que son record établi en novembre 2014 chez Sotheby’s pour La Cité fantoche (7,44 millions).

Nouveau record pour Soutine

Un record mondial a aussi été battu pour Chaim Soutine, dont Le Boeuf a été adjugé pour 28,16 millions de dollars. Son précédent record était de 18 millions de dollars pour Le Petit Pâtissier en mai 2013 chez Christie’s. Autre succès, celui de l’Écossais Peter Doig, dont le nouveau record mondial pour Swamped s’est établi à 25,92 millions de dollars. Cady Noland, Diane Arbus, ont également battu de nouveaux records mondiaux, ainsi que Jean-Michel Basquiat et Robert Delaunay, ces derniers pour des oeuvres sur papier, et Magritte pour une gouache sur papier.

Parmi les oeuvres aux enchères figuraient aussi un Monet, Parlement au soleil couchant : estimé entre 35 et 45 millions de dollars, il est parti à 40,48 millions de dollars. Un Rothko No36, Black Stripe, estimé entre 30 et 50 millions, a été adjugé 40,48 millions de dollars, un autre Picasso, “buste de femme (femme à la résille)”, pour 67,35 millions de dollars, 12 millions de plus que son estimation. “Je n’ai jamais vu une salle aussi pleine”, s’est réjoui après les enchères Jussi Pylkkanen, soulignant qu’elles avaient opposé des acheteurs du monde entier.

Les ventes continuent

Les ventes d’art de printemps à New York ont commencé le 5 mai avec l’art impressionniste et moderne chez Sotheby’s, qui a fait sa deuxième meilleure soirée de son histoire dans cette catégorie, avec des ventes de 368,3 millions de dollars. Un Van Gogh, L’Allée des Alyscamps, a notamment été acheté par un collectionneur asiatique pour 66,3 millions de dollars. Les ventes continuent les 12, 13 et 14 mai avec les enchères d’art contemporain chez Sotheby’s le 12, celles de Christie’s le 13 et les enchères d’art impressionniste et moderne chez Christie’s le 14.

Les enchères d’oeuvres d’art avaient déjà battu des records en 2014, avec un chiffre d’affaires mondial de 15,2 milliards de dollars, contre 12,5 en 2013, selon Artprice, leader mondial des données du marché d’art. Ce marché offre actuellement des rendements annuels de + 10 % à 15 % pour les oeuvres supérieures à 100 000 dollars, selon la même source.

Picasso

Source : Lepoint.fr

 

Répondre

Your email address will not be published. Required fields are marked *