En vrac

Chercher sur Google

By  | 

Ce que les gens cherchent sur Google,…

Ce qu’ils cherchent, minute par minute, pendant une journée.

« Nous cherchons des docteurs à 8h20 du matin, des recettes de cuisine à 16h52 et des divertissements à 3h16 du matin. »

Depuis juin dernier, le service Google Trends, qui permet de visualiser ce que les gens cherchent sur Google, permet d’analyser les résultats à la minute près. Pour le New York Times, un analyste a regardé les recherches des habitants de l’Etat de New York, pendant quatre jours.

Il découvre ainsi une série de « pics » de termes de recherche à divers moments de la journée, qui nous renseignent sur notre calendrier collectif.

« Comment mettre un préservatif »

Ainsi, les recherches pour « météo », « infos » et « prières » culminent avant 5h30 du matin. A 8h04, c’est le terme « jeux débloqués » (non bloqués par l’administration scolaire) qui culmine, montrant l’usage que les élèves font de leur téléphone…

Le soir est le domaine de l’hypocondrie : le mot « symptômes » (de la crise cardiaque, du sida, du cancer du colon) culmine en soirée. Avec la nuit, viennent les recherches liées au sexe : « Comment mettre un préservatif » est au top à 22h28, le porno entre minuit et 2 heures, et les recherches relatives aux « vibromasseurs » vers 4 heures du matin.

« Y a-t-il une vie extraterrestre ? »

Mais la nuit est aussi le domaine des angoisses existentielles : les recherches pour « suicide » culminent à 00h36, et c’est entre 2 heures et 4 heures du matin que les gens tapent le plus souvent :

« Qu’est-ce que la conscience ? »

« Le libre arbitre existe-t-il ? »

« Y a-t-il une vie extraterrestre ? »

Mais aussi « Comment rouler un joint ? » (entre 1 heure et 2 heures du matin) et « Pourquoi mon caca est-il vert ? » (entre 5 et 7 heures du matin).

Le minute par minute

L’auteur de l’article met en garde contre les limites de ces données mais souligne qu’elles peuvent être utiles aux chercheurs. Et de citer les travaux de deux économistes américains qui ont analysé des données de la criminalité minute par minute et découvert que les plaintes pour violence conjugale augmentent immédiatement après que l’équipe de foot d’une ville a perdu un match qu’elle était censée gagner.

À lire sur New York Times (en anglais)

Sources :  rue89nouvelobs.com

Google

Répondre

Your email address will not be published. Required fields are marked *