Bien être

Secrets de beauté…

By  | 

A tous ceux qui désirent avoir bonne mine au saut du lit: avez-vous déjà pensé au maquillage permanent ?

Texte: Fabienne Burguière

Le maquillage permanent, ou dermopigmentation, est une technique inspirée du tatouage qui a vu le jour en Suisse il y a une vingtaine d’années. Cela consiste à implanter des pigments directement sous la surface de la peau, mais moins profondément que ne le ferait un tatouage. Son but? Souligner de manière très naturelle la beauté d’un visage en rétablissant son harmonie: on peut ainsi épaissir un sourcil, souligner des lèvres trop minces, déposer un trait d’eye-liner à la racine des cils pour amplifier le regard et pourquoi pas dessiner un petit grain de

beauté au coin d’une bouche mutine. Tout est permis ou presque, à condition de bien respecter les règles de l’art, la première étant la recherche d’un résultat naturel et pour avoir l’air naturel, rien ne doit pouvoir se déceler. Le maquillage permanent est une technique inspirée du tatouage qui consiste à implanter des pigments directement sous la surface de la peau mais moins profondément que ne le ferait un tatouage.

Le déroulement d’une séance

Quelques connaissances en visagisme sont nécessaires, il n’est pas question par exemple de dessiner un sourcil sombre et dru à une beauté diaphane ! On prend d’abord le temps d’écouter ce que la personne désire, en prenant soin de bien définir  la demande. Une fois cette première étape effectuée, à l’aide d’un crayon on commence par dessiner sur la peau l’ombre recherchée. Nous sommes encore à la phase « réversible » : on peut rectifier la courbe d’un sourcil ou son épaisseur.

Quand tout le monde s’est mis d’accord, la peau est alors pigmentée à l’aide d’une micro-aiguille à usage unique. Patiemment, point par point l’esthéticienne « tatoue» la peau. Encore une fois insistons sur le fait que les pigments sont déposés immédiatement sous la surface de l’épiderme et non en profondeur: une séance de maquillage permanent peut être parfois sensible, mais n’est pas proprement « douloureuse » comme le serait une séance de tatouage. Une séance peut durer  une heure, et selon la zone à traiter il suffit d’une à trois séances. Rien n’est laissé au hasard, ainsi il existe différentes couleurs de pigments: on recherche la teinte la plus proche du grain naturel. Ce qui est magique, c’est l’immédiateté du résultat : en une heure, un visage se transforme au gré des envies: un regard plus pénétrant, des lèvres plus pulpeuses…

Au sortir de la première séance

Il est utile d’insister: le maquillage n’a de permanent que le nom. Une première séance « charge » la peau en pigments. Si vous trouvez la couleur trop prononcée, n’ayez crainte et faites preuve de patience: c’est au bout d’un mois que le vrai résultat se révèle. Les pigments déposés sous la peau vont peu à peu s’estomper, grâce à l’action du soleil et des U.V., du renouvellement cellulaire, et du type de pigments utilisés. Le visage étant plus exposé que le reste de notre corps, il en découle un renouvellement cellulaire plus important, d’où une durée de vie moindre du pigment: il est conseillé d’entretenir régulièrement le maquillage.

Pour qui?

La dénomination «maquillage permanent » pourrait évoquer une certaine frivolité. Or la dermopigmentation ne s’adresse pas qu’aux coquets, à commencer, par exemple aux femmes porteuses de lunettes : pas facile de se maquiller sans lunettes: le résultat n’est pas toujours celui escompté. De même, toutes celles qui ont des difficultés de se maquiller trouveront ici une alternative idéale aux tentatives de coups de crayons disgracieux du matin. Contrairement à des idées reçues, les hommes sont aussi de très bons clients : leur soin favori ? Un léger trait de khôl quasiment invisible à la racine des cils pour rehausser leur regard : ils adorent cela !

Et puis il y a aussi les émotifs, ceux qui pleurent pour un rien, celles qui ne conçoivent pas la mer sans maquillage, les sportifs… la liste est presque infinie. La coloration naturelle des lèvres de femmes s’estompe avec les années, voilà également une bonne raison de passer au maquillage permanent…

A côté des indications purement esthétiques, il existe les indications médicales, comme des alopécies ou la perte des sourcils après certains traitements médicaux lourds: ici le maquillage permanent trouve toute sa justification. Les personnes souffrant d’une perte de pigmentation, les grands brûlés peuvent rectifier la teinte d’une partie de leur corps. Le maquillage permanent peut également reconstruire, avec beaucoup de patience, l’aréole d’un sein après ablation, et rendre ainsi un peu de féminité à ce corps mutilé.

La tenue dans le temps

Le maquillage permanent n’est pas un tatouage : il s’estompe naturellement au bout de quelques mois, et sa durée de vie sera de trois ans en moyenne. Dans un pays aussi ensoleillé que l’Andalousie, il nécessite un entretien régulier, surtout au niveau du visage. Enfin, sachez que son côté éphémère doit être considéré comme un plus: les modes changent, les visages évoluent, avec eux votre façon de vous maquiller.

Beauté

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *